Le site de l'actualité des montres et de la haute horlogerie

Pequignet

Émile Pequignet fonde la marque EP Pequignet en 1973, à Morteau en Franche-Comté. Entré à seize ans dans l’horlogerie traditionnelle, ce jeune franc-comtois est un visionnaire. Cet amoureux des chevaux alors en quête d’une identité forte invente en 1984 la Maille Moorea, un grain d’acier articulé avec le bracelet. Ce bracelet deviendra le symbole de la marque, son identification visuelle.L'entreprise est récompensée par cinq Cadran d’Or pour la beauté de ses collections Dames[réf. souhaitée].Dans les années 2000, Émile Pequignet part à la retraite, et le 15 janvier 2004, Didier Leibundgut se porte acquéreur de la marque Pequignet. Il embauche son équipe d'ingénieurs (composée de ses deux fils, de Huy Van Tran et de Philippe Blanchot) qui créée un mouvement mécanique innovant, entièrement conçu, contrôlé et assemblé par Pequignet à Morteau, au cœur du département du Doubs. La configuration Grande Date et Jour - Indicateur de réserve de marche compte 298 pièces (318 avec phase de lune). 250 plans industriels ont été réalisés dans le laboratoire Pequignet. Ce calibre inclut toutes les complications dans une épaisseur de 5,88 mm, une réserve de marche de 88 heures et un saut de date instantané à minuit pile.Il est baptisé lors du salon international Baselworld 2010 sous le nom de Calibre Royal[1][source insuffisante]. Le Lys Royal devient l’emblème de la marque.Deux magazines japonais « Chronos » et «  Watch File », allant même jusqu’à élire le Calibre Royal de Pequignet « Meilleure montre de l’année 2011 »[réf. souhaitée] ce qui lui vaudra du fait de sa conception, le surnom de « Jardin à la française ».En mars 2012, fragilisée par des investissements importants et confrontée à des problèmes de trésorerie, l'entreprise est placée en redressement judiciaire avec une période d'observation de six mois[2][source insuffisante],[3]. Finalement, un plan de continuation est accepté par le Tribunal de Commerce[4]. Philippe Spruch et Laurent Katz (LaCie) reprennent l’entreprise en juillet 2012[5].Mais l'activité est déficitaire, dix millions d'euros de pertes sur 2012, 2013 et 2014[6]En décembre 2016, la société est en difficulté, la direction est confiée à Laurent Katz, un repreneur est recherché avant février le l'année suivante[7], cependant, après 5 ans consécutifs de résultats catastrophiques, la situation est jugée désespérée.L'entreprise est reprise le 21 mars 2017 par quatre cadres de la maison mère en conservant les mêmes modèles et les mêmes distributeurs via Pequignet Horlogerie[8].Cette gamme destiné aux hommes, embarque son propre mouvement fabriqué en interne.La gamme Manufacture se repartie en cinq catégories, dont certaines possèdent une complication « phase de lune » précise à 120 ans.Toutes animées par de « Calibre Royal », elles sont composées de différents matériaux (Inox 316L, Titane, Or ou Or rouge).Cette gamme destinée au grand public est plus abordable et emboîte différents mouvements, à quartz, calibres suisse et calibres japonais.

Pequignet
<

Infos

Fondation date

1973

Founder

Émile Pequignet

Headquarter

France

Town

Morteau