Le site de l'actualité des montres et de la haute horlogerie

Girard-Perregaux

Né à Genève le 22 mars 1772, Jean-François Bautte apprend tout d’abord le métier de monteur de boîtes puis devient successivement guillocheur, horloger et orfèvre. Il signe ses premières montres en 1791, à l'âge de 19 ans. Horloger de talent, Jean-François Bautte se fait connaître pour ses modèles de montres extra-plates. De manière innovante pour l’époque, il fonde une société manufacturière abritant tous les métiers de l'horlogerie[3]. Jean-François Bautte accueille ainsi de prestigieux visiteurs et notamment la future reine Victoria mais également Honoré de Balzac et Alexandre Dumas[4]. Industriel astucieux et homme d’affaires averti, il commerce avec les Cours européennes qui lui permettent, année après année, d’asseoir sa réputation.  En 1837, Jacques Bautte et Jean-Samuel Rossel prennent la succession de Jean-François Bautte qui leur lègue en héritage son patrimoine industriel[5]. Quelques années plus tard, Jean-Samuel Rossel poursuit l’aventure secondé par son fils. Leurs travaux dans le domaine de la chronométrie sont alors régulièrement récompensés lors d’expositions internationales.En 1852, l’horloger Constant Girard[6] fonde à La Chaux-de-Fonds la maison Girard & Cie. Il épouse ensuite, deux ans plus tard, Marie Perregaux (1831-1912)[7] et la Manufacture Girard-Perregaux naît de l'union de leurs deux noms en 1856. Les trois frères de Marie Perregaux, Henri (1828-1893), François (1834-1877) et Jules (1838-1903), s'investissent également dans l'entreprise : Henri et Jules en la représentant dans les deux Amériques, et François en Asie[8].En 1906, Constant Girard-Gallet[9], qui a succédé à son père aux commandes de la Manufacture, reprend la Maison Bautte et la fusionne avec Girard-Perregaux & Cie[10],[11]. Depuis, la Marque a poursuivi ses activités, en renforçant dès les années 1980 son positionnement dans le domaine des montres mécaniques de prestige, sous la direction de la famille Macaluso[12]. La Manufacture développe alors sa logique manufacturière et introduit en 1994 une nouvelle famille de calibres ultraplats respectivement nommés GP3000 et GP3100.En 2011, Sowind Group, la société mère de Girard-Perregaux devient une filiale de Kering.La Manufacture est à l’origine de près de 80 brevets déposés dans le domaine horloger et de plusieurs concepts innovants:Girard-Perregaux s’appuie sur une Manufacture de mouvements et de montres ainsi que sur une Manufacture de boîtiers et de bracelets. Chacune regroupe des compétences différentes mais complémentaires : horloger, ingénieur, décorateur de mouvements, polisseur, etc.[10] Cette approche globale permet à la fois de créer et de réaliser les montres et les mouvements. La Manufacture Girard-Perregaux conçoit et développe ses propres mouvements :Les collections les plus célèbres de la Manufacture sont : Vintage 1945, qui offre une déclinaison de boîtiers rectangulaires[16], 1966[17] et Laureato[18], inspirées des innovations marquées par le département de Recherche & Développement de Girard-Perregaux, Cat's Eye[19], une ligne féminine et Competizione, née en 2016 et proposant des designs tirés du monde automobile[20],[21]. La collection de Haute horlogerie reprend quant à elle les grandes complications et les pièces particulières de la Manufacture, tels que le Tourbillon sous Trois Ponts d'or, l'Echappement Constant et la Haute Joaillerie. Lorsqu’il s’est avéré à la fin des années 1990 que le bâtiment place Girardet à La Chaux-de-Fonds ne pouvait plus abriter les ateliers et les bureaux administratifs, par manque d’espace, il a été décidé de scinder la Manufacture : les ateliers ont pris place dans un bâtiment historique rénové par Girard-Perregaux rue Numa Droz. Cette décision s’est inscrite dans la lignée de l’entrée de la Cité des Horlogers (accompagnée de la ville du Locle) au patrimoine mondial de l’UNESCO en 2009[22].En 1999, la Villa Marguerite, bâtie au début du XXe siècle par l’entrepreneur chaux-de-fonnier Charles Nuding, abrite les collections du Musée Girard-Perregaux,. Fortes de près de 400 pièces, les collections racontent l’histoire de la marque depuis ses lointaines origines genevoises de 1791 jusqu’à nos jours. Actuellement en cours de réaménagement, le Musée Girard-Perregaux rouvrira ses portes au sein de la Villa Jean-Richard, bâtiment historique qui jouxte la Manufacture.

Girard-Perregaux
<

Infos

Fondation date

1856

Founder

Constant Girard & Marie Perregaux

Headquarter

Switzerland

Town

La Chaux-de-Fonds