Le site de l'actualité des montres et de la haute horlogerie

Image

Vacheron Constatin Traditionnelle Calibre 2253 L’empreinte du dragon

Si la collection « Métiers d’Art » de Vacheron Constantin déploie avec prestance une lignée de montres dignes des plus grandes oeuvres de maîtres, le savoir-faire de la Manufacture dans le domaine des artisanats de haut vol se révèle en notes délicates au fil de toute sa gamme de garde-temps. Afin de mettre en lumière l’un des nombreux métiers qu’elle perpétue avec excellence, la Manufacture Vacheron Constantin présente un modèle Traditionnelle Calibre 2253 L’empreinte du dragon dont le boîtier a été entièrement gravé à la main. Cette montre de noble facture est dotée de prestigieuses complications et se pare d’un motif en forme d’écailles de dragon, réalisé par un maître artisan sacré « Meilleur Ouvrier de France » en 2011. Avec régularité et virtuosité, Vacheron Constantin rend hommage aux différents métiers d’art au travers de sa collection éponyme. Gravure, sertissage, émaillage, guillochage y expriment l’étendue d’un riche savoir-faire artisanal perpétué par la Manufacture genevoise depuis plus de 250 ans. En touches subtiles, ces arts exigeants constellent aujourd’hui les collections de la Maison, transfigurant des modèles exclusifs en oeuvres d’art uniques. Réalisé pour la première fois sur une Grande Complication de la collection Traditionnelle, l’art minutieux et raffiné de la gravure s’invite sur le boîtier en or rose. L’ART DE LA GRAVURE A SON APOGEE Expressions uniques d’un artisanat de haut rang, le boîtier, la lunette et les cornes de la Traditionnelle Calibre 2253 L’empreinte du dragon ont été entièrement gravés à la main par un maître graveur figurant parmi les plus chevronnés de sa génération. Il a en effet été consacré « Meilleur Ouvrier de France » en 2011. Ce titre d’excellence, conservé à vie, récompense la perfection d’un chef-d’oeuvre et requiert des mois, voire des années de préparation. Fruit d’une étroite collaboration entre les designers de Vacheron Constantin et cet artisan talentueux ayant rejoint la Maison pour y exprimer pleinement son talent, le motif en forme d’écailles de dragon symbolise l’Empereur et le pouvoir en Asie. Outre une esthétique visuellement forte, la géométrie remarquable d’une écaille de dragon engendre de nombreux défis à chaque étape de la gravure. Depuis la définition d’un motif s’appliquant harmonieusement sur les surfaces de tailles variées du boîtier jusqu’à la gravure en « taille douce » de parties presque inaccessibles, ce travail minutieux requiert un doigté des plus experts. Car un tel chef-d’oeuvre ne tolère aucune erreur. Nulle pièce d’essai, la gravure est réalisée entièrement à la main, à même le boîtier déjà assemblé, sans décalque ni tracé laser de référence et à une profondeur considérable de 4/10e de millimètre. Ainsi, le généreux boîtier constitue un support d’expression idéal pour cette profonde et imposante gravure en creux. Par ailleurs, l’alliage spécifique de l’or rose 18 carats utilisé chez Vacheron Constantin s’est révélé particulièrement ardu à graver de par sa dureté. Une difficulté augmentée par les contraintes d’un motif sophistiqué obligeant le maître graveur à concevoir des outils spécifiques en forme de demi-lune pour décorer sans risquer d’endommager l’ouvrage contigu. Entièrement réalisé à la main, à l’aide de burins, d’un compas et d’outils sur mesure, ce travail d’orfèvre requiert jusqu’à 70 heures de patient labeur. Exclusif par essence, le boîtier porte la mention « Pièce Unique » gravée au dos de la Traditionnelle Calibre 2253 L’empreinte du dragon. MECANIQUE DE PRESTIGE Pour mettre en scène ce métier d’art ancestral qu’est la gravure, Vacheron Constantin a choisi un modèle à hautes complications dans sa collection Traditionnelle. Cette ligne de montres intemporelles, aux boîtiers ronds et à l’élégance raffinée, s’inspire des codes esthétiques qui ont marqué quelques-unes des plus belles créations historiques de la Manufacture. Attachée à ses valeurs fondamentales, elle s’exprime toutefois dans un langage actuel, rappelant que tradition et modernité se conjuguent naturellement chez Vacheron Constantin. Entièrement développée et fabriquée en interne, le modèle Traditionnelle Calibre 2253 L’empreinte du dragon se singularise par un niveau de finitions remarquable, minutieusement réalisé à la main. Estampillée du prestigieux Poinçon de Genève, ce garde-temps répond aux très nombreux critères exigeants de ce label indépendant et souverain : garantie de provenance, qualité de précision, durabilité et savoir-faire horloger. La montre Traditionnelle Calibre 2253 L’empreinte du dragon dispose, en plus d’un tourbillon, de complications liées au mouvement de la Terre dans l’espace : un quantième perpétuel, une équation du temps ainsi que l’indication des heures de lever et de coucher du soleil. Fascinante complication, l’équation du temps permet de mesurer l’écart, exprimé en minutes, entre l’heure solaire et l’heure légale et universelle. Ce retard ou cette avance varient chaque jour, se situant cependant toujours entre -16 et +16 minutes. Autre complication de type astronomique peu usitée en horlogerie, l’heure de lever et de coucher du soleil permet de connaître pour chaque jour et de façon précise ces indications à un endroit donné de la Terre choisi par le client. Fruit de plusieurs milliers d’heures de développement, ce chef-d’oeuvre horloger bénéficie d’une époustouflante réserve de marche de 14 jours. Le Calibre 2253 mesure 9,60 mm d’épaisseur seulement et comporte 457 composants. La complexité de ce garde-temps n’a d’égale que le raffinement de ses finitions : boîte en or 18 carats de 44 mm de diamètre, cadran opalin argenté orné d’index appliques en or 18 carats et boucle déployante en forme de demi-croix de Malte en or rose.

Auteur
Anwar Korti