Le site de l'actualité des montres et de la haute horlogerie

Image

Parmigiani La Pantographe

Inspirée de la prestigieuse montre de poche ovale à aiguilles télescopiques des deux anglais Vardon et Stedmann restaurée en 1997 par les ateliers Parmigiani, la nouvelle ligne ovale de Parmigiani Fleurier maîtrise la prestigieuse complication pantographe et illustre deux caractéristiques majeures de la maison horlogère. D’une part son potentiel à recréer les composants d’une haute complication réellement unique et sa capacité à manufacturer les formes les plus originales. D’autre part, cela souligne le lien indéfectible de Parmigiani Fleurier avec la Restauration. A l’image de la montre ovale et de son interprétation aujourd’hui, la restauration chez Parmigiani Fleurier est ce dialogue constant entre l’excellence du passé et la recherche de ses expressions horlogères futures. LA COMPLICATION PANTOGRAPHE Le point culminant de la nouvelle collection ovale est indéniablement la complication Pantographe avec la danse subtile des aiguilles au gré du temps. Ces dernières sont dites « pantographes » car elles obéissent au principe de l’instrument dont elles tiennent leur nom, c’est-à-dire la multiplication d’une longueur par un facteur donné pour atteindre une échelle de taille plus grande ou plus petite. Concrètement, une came au centre du mouvement détermine une certaine longueur, laquelle est ensuite répliquée un nombre X de fois sur l’ensemble de l’aiguille. En d’autres termes, c’est la mesure de cette came centrale qui donne les informations de déploiement de l’aiguille et qui la module au fil de sa course autour du cadran. Cette trajectoire et son élongation ont été soigneusement étudiées pour que l’ellipse décrite par les aiguilles soit harmonieuse et parfaite. Le principal défi de cette pièce d’exception n’est pas la complication horlogère en elle-même, mais réside plutôt dans la découpe et surtout l’assemblage des aiguilles télescopiques. Les horlogers de Parmigiani Fleurier ont opté pour un découpage au laser pour tailler les fins segments de titane qui composent les aiguilles. L’assemblage est quant à lui réalisé manuellement car lorsqu’il s’agit de river les différents segments de titane entre eux, c’est une affaire de toucher et d’oreille. A la fin de l’opération, les segments en titane doivent coulisser entre eux de façon complètement libre, mais sans le moindre jeu pour garantir le bon fonctionnement de l’ensemble. ESTHÉTIQUE D’UN OVALE Le studio de création de Parmigiani Fleurier a livré une importante recherche afin d’arriver à la forme ovale la plus aboutie en termes d’harmonie des proportions et d’ergonomie. Le défi principal de cette quête a consisté à apporter une consonance masculine à ce produit tout en courbes et en arrondis. Or la collection ovale est parfaitement équilibrée du point de vue des genres du fait de plusieurs décisions esthétiques déterminantes comme le choix d’une forme en anse de panier et la recherche d’une proportion idéale entre la carrure et la lunette pour affiner le profil relativement épais de la montre et casser les arrondis. Enfin, le produit a gagné un aspect acéré et pointu grâce à l’anglage systématique de ses surfaces. Le fait de chanfreiner les volumes apporte des angles à la pièce, ajoute des droites là où il y avait des arrondis. Il en résulte un aspect affûté et tranchant par les jeux de lumière ainsi créés – un aspect résolument masculin en dépit des courbes. L’OVALE PANTOGRAPHE Le mouvement de base de l’Ovale Pantographe est le plus ancien de la maison Parmigiani Fleurier : il s’agit du calibre PF 110 consacré à la ligne Hebdomadaire. En y ajoutant le module des aiguilles rétractiles, ce nouveau mouvement porte le cigle PF 111 et rassemble donc un pantographe sur mouvement manuel avec une réserve de marche de 8 jours. L’ovale pantographe se décline en un boîtier en or rose ou en or blanc mais garde toutefois le même cadran avec un motif grain d’orge – subtile alternance de droites et de courbes une fois encore – qui donne du relief à la pièce. Les aiguilles pantographes sont en titane bleui, nuance obtenue après une phase d’anodisation électrochimique. Les index et chiffres sont en acier bleui résultant d’un traitement PVD.

Auteur
Anwar Korti