Le site de l'actualité des montres et de la haute horlogerie

Image

Le Swatch Group ressort de la crise financière de 2009 en excellente forme

• Troisième meilleur exercice de l’histoire du Swatch Group, avec un chiffre d’affaires brut de CHF 5 421 mio, en recul de -6.3% sur une base comparable (à taux de change constants et ajusté des désinvestissements de Sokymat et Michel effectués en 2008). • Rebond significatif des ventes au second semestre 2009, avec un mois de décembre phénoménal et record, qui fut aussi le meilleur mois de l’année. • Ventes du segment Montres, en recul de -5.5% à taux de change constants, largement supérieures aux chiffres à l’exportation 2009 publiées par la Fédération de l’industrie horlogère suisse; gains de parts de marché pour le Groupe dans pratiquement tous les segments de prix et de marché. • Ventes du segment Production en baisse essentiellement en raison d’annulations de commandes et d’une modification du mix-produit. • Ventes du Segment Systèmes électroniques en recul de -14.5% (désinvestissements de Sokymat et Michel de 2008 exclus) par rapport à l’année précédente, mais en progression régulière au quatrième trimestre 2009 avec la constatation d’une hausse des entrées de commandes. • Augmentation attendue de la marge opérationnelle et du résultat net par rapport au premier semestre. Le Groupe prévoit la poursuite de la progression des ventes et des marges en 2010. • L’engagement d’Omega aux Jeux Olympiques d’hiver de Vancouver en qualité de chronométreur officiel et l’inauguration du Swatch Art Peace Hotel à Shanghai à mi-2010, seront deux des événements marquants en 2010. A mentionner aussi les développements significatifs de nouveaux produits pour la plupart des marques et de nouveaux systèmes de production en Suisse. • Troisième meilleur exercice de l’histoire du Swatch Group, avec un chiffre d’affairesbrut de CHF 5 421 mio, en recul de -6.3% sur une base comparable (à taux dechange constants et ajusté des désinvestissements de Sokymat et Michel effectuésen 2008). • Rebond significatif des ventes au second semestre 2009, avec un mois dedécembre phénoménal et record, qui fut aussi le meilleur mois de l’année. • Ventes du segment Montres, en recul de -5.5% à taux de change constants,largement supérieures aux chiffres à l’exportation 2009 publiées par la Fédérationde l’industrie horlogère suisse; gains de parts de marché pour le Groupe danspratiquement tous les segments de prix et de marché. • Ventes du segment Production en baisse essentiellement en raison d’annulationsde commandes et d’une modification du mix-produit. • Ventes du Segment Systèmes électroniques en recul de -14.5% (désinvestissementsde Sokymat et Michel de 2008 exclus) par rapport à l’année précédente,mais en progression régulière au quatrième trimestre 2009 avec la constatationd’une hausse des entrées de commandes. • Augmentation attendue de la marge opérationnelle et du résultat net par rapport aupremier semestre. Le Groupe prévoit la poursuite de la progression des ventes et desmarges en 2010. • L’engagement d’Omega aux Jeux Olympiques d’hiver de Vancouver en qualité dechronométreur officiel et l’inauguration du Swatch Art Peace Hotel à Shanghai àmi-2010, seront deux des événements marquants en 2010. A mentionner aussi lesdéveloppements significatifs de nouveaux produits pour la plupart des marques etde nouveaux systèmes de production en Suisse. Vue d’ensemble du Groupe Après le recul des marchés constaté à fin 2008 et début 2009, une récession mondiale et une forte chute de la consommation, la plupart des marchés se sont remis du contexte financièrement agité lors du second semestre 2009. Les derniers mois de l’exercice 2009 ont montré une évolution très positive, avec des signes manifestes d’un retour à la normale des marchés et d’un regain de confiance des consommateurs. Dans une certaine mesure, la crise économique de 2009 a séparé le bon grain de l’ivraie. Cette affirmation est particulièrement valable pour l’industrie horlogère, où des valeurs telles que notoriété de la marque, tradition, histoire et produits de haute qualité comptent plus que jamais. Les consommateurs recherchent valeurs et qualité. Le Swatch Group, grâce à son large assortiment de produits proposé dans tous les segments de prix, a augmenté ses parts de marché dans la plupart des régions. Au cours de cette année difficile, le Groupe a réalisé un chiffre d’affaires brut de CHF 5 421 mio, soit un recul de seulement -6.3% sur une base comparable (à taux de change constants et ajusté des désinvestissements de Sokymat et Michel effectués en 2008). Ce résultat représente toutefois le troisième meilleur exercice de l’histoire du Swatch Group. Alors qu’un recul significatif a caractérisé le premier semestre, les ventes ont redémarré au second semestre, dépassant légèrement – en monnaies locales – les ventes du second semestre 2008. Les ventes de Noël hors pairs ont nettement dépassé les attentes et le mois de décembre s’est avéré être le meilleur de l’année et le meilleur mois de décembre jamais réalisé. Le quatrième trimestre 2009 - exprimé en euros - a affiché une performance de +7.1% à taux courants et de +11.1% à taux de change constants. L’évolution des taux de change a eu un impact négatif sur les ventes de CHF 105 mio ou de -1.8%, principalement au second semestre 2009. L’euro, la livre sterling et le rouble russe notamment ont impacté défavorablement les ventes comparé aux taux de change de l’année précédente. Le dollar américain n’a eu pratiquement aucun impact, tandis que le renminbi chinois et le yen japonais ont influencé les ventes favorablement. La hausse de la demande de montres sur plusieurs marchés a compensé le recul sur d’autres marchés et a permis au segment Montres & Bijoux de réaliser un remarquable résultat en 2009. Les segments Production et Systèmes électroniques en revanche, ont dû faire face à une demande plus faible et ont réalisé des ventes en-dessous de l’exercice précédent. En 2009, le segment Montres & Bijoux a enregistré un chiffre d’affaires brut de CHF 4 429 mio, soit un recul de seulement -5.5% à taux de change constants par rapport à l’année record de 2008 (-7.7% en CHF). Comparé aux ventes réalisées en 2007, qui ne furent pas impactées par la crise financière, les ventes de l’année courante à taux constants de 2007 ont même progressé de +1.3%. Cette performance est substantiellement meilleure que les chiffres à l’exportation publiés par la Fédération de l’industrie horlogère suisse, et signifie que le Groupe a une fois encore augmenté ses parts de marché dans plusieurs segments de prix. Au second semestre 2009, les ventes ont progressé de presque 5% - à taux de change constants - par rapport au second semestre 2008. Cette tendance encourageante s’est confirmée par un mois de décembre phénoménal et record, avec d’excellentes ventes de Noël. Au second semestre 2009, la performance des ventes a fortement progressé dans de nombreuses régions, dépassant parfois même celle de l’année précédente. Des pays comme le Japon, les Etats-Unis et l’Espagne ont encore souffert de la conjoncture difficile. Cependant, la présence du Groupe dans tous les segments de prix a permis de compenser la plus faible demande de produits de luxe. Les articles du segment de prix du milieu de gamme ont été très demandés. Les marques fortes du Groupe, à commencer par Omega, ont fait figure de leaders sur de nombreux marchés. Le groupe a poursuivi sa politique d’expansion ciblée des activités de détail, saisissant des opportunités pour occuper des emplacements disponibles sur différents marchés. Cette stratégie, soutenue par la meilleure conjoncture économique actuelle, commence à porter ses fruits, ce qui consolidera la croissance du Groupe à long terme. Les agents tiers et les détaillants commencent à réapprovisionner leurs stocks, ce qui stimulera la demande future dans le secteur de la vente en gros. Le segment Production a vu son chiffre d’affaires brut reculer de -17.7% à CHF 1 489 mio en 2009, ralentissement qui s’est ressenti au deuxième semestre de l’année. Cette situation s’explique principalement par le déphasage entre la production et les ventes finales de montres et des annulations de commandes ayant entraîné, dans de nombreux cas, une baisse de la demande de mouvements et de composants horlogers ainsi qu’une diminution du taux d’utilisation des capacités. La principale raison du repli des ventes intragroupes est une modification du mix-produit. La demande de diamants chez Dress Your Body fut moindre qu’en 2008. Un autre facteur est lié à la réduction du temps de passage pour les mouvements à quartz des montres Swatch et une réduction simultanée des stocks au niveau de la marque Swatch. Par ailleurs, les entrées de commandes de tiers de 2009 pour 2010 pour les mouvements mécaniques ont fortement diminué. Cette tendance se retournera au vu des améliorations constatées sur les marchés. En corollaire à son engagement univoque pour la préservation des emplois de ses collaborateurs au niveau mondial, et ce malgré le contexte économique difficile, les activités de recherche et de développement ainsi que de prototypage ont été étendues et ont permis d’atteindre plus rapidement de bons résultats. Par ailleurs, le Groupe a délibérément maintenu les capacités de production et le taux d’occupation à un certain niveau dans toutes les unités de production importantes, augmentant ainsi les stocks mais pas les ventes. Des programmes de formation spécifiques ont été lancés. Dans de très rares cas, des réductions du temps de travail ont été instaurées au second semestre 2009; entretemps ces dernières ont pratiquement toutes été abandonnées. Les entrées de commandes sont reparties à la hausse en décembre 2009, ce qui constitue une tendance encourageante pour le segment Production à moyen et à long terme. En 2009, le marché est resté tendu pour le segment Systèmes électroniques. Sur une base comparable (à taux de change constants et ajustée des désinvestissements de Sokymat et Michel effectués en 2008), son chiffre d’affaires brut n’a diminué que de -14.5% à CHF 394 mio. Toutes les commandes de nos clients n’ont pas pu être honorées en raison des niveaux de stocks très bas de certains fournisseurs du Groupe. Mais la tendance à l’amélioration des ventes au cours des derniers mois de 2009 indique clairement une reprise des marchés. Les fournisseurs retrouvent confiance et réapprovisionnent leurs stocks. En conséquence, les ventes et la rentabilité du segment ont progressé très nettement au second semestre 2009. La vente annoncée des activités moteurs pas-à-pas miniaturisés par Microcomponents réduira l’exposition de ce segment du Groupe aux secteur automobile. Le Groupe prévoit une hausse de la marge opérationnelle et du résultat net de l’année complète 2009 par rapport au premier semestre 2009. Cette progression sera perceptible principalement dans les activités de base du Groupe, celles du segment Montres & Bijoux. La perspective d’une reprise durable de la conjoncture économique et les nouveaux développements de ces derniers mois permettent au Groupe d’envisager avec optimisme une solide croissance organique des ventes en 2010. Les excellents chiffres de la vente directe aux consommateurs pour janvier 2010 ainsi que les entrées de commandes pour les mois à venir laissent entrevoir des perspectives réjouissantes. Cette prévision positive est également confortée par la position du Groupe dans tous les segments de marché et par sa présence géographique étendue. Une augmentation régulière des dépenses de consommation est attendue dans de nombreux pays, tendance soutenue par une classe moyenne en développement en particulier sur les marchés émergents. L’engagement d’Omega comme chronométreur officiel des Jeux Olympiques d’hiver de 2010 à Vancouver, qui débutent le 12 février prochain, va avoir un impact positif sur les ventes. Omega a renouvelé jusqu’en 2020 le partenariat pour le chronométrage officiel des Jeux Olympiques. Par ailleurs, l’inauguration du Swatch Art Peace Hotel à mi-2010, lors de l’Exposition universelle dans le fantastique endroit qu’est la ville de Shanghai, va constituer un nouveau jalon dans le développement du Groupe. Les bons résultats enregistrés dans les activités de recherche et de développement du Groupe vont également contribuer à la poursuite de la croissance des ventes.

Auteur
Anwar Korti