Certains se souviennent certainement de la collaboration, en 2010, de MB&F avec la grande maison joaillière française Boucheron. Celle-ci a donné naissance à « JwlryMachine », une réinterprétation de l’Horlogical Machine N°3. Un véritable joyau horloger et une pièce très poétique à mon sens. 

MB&F Legacy Machine FlyingT

Et bien, de nouveau Maximilian Büsser nous fait le « bonheur » de nous proposer une pièce dédiée à la gente féminine : «La Legacy Machine FlyingT ». Un objet insolite de par son aspect. Un objet venu d’ailleurs, dans le domaine de l’horlogerie féminine. Ce qui n’est pas très surprenant de la part de MB&F.

MB&F Legacy Machine FlyingT

À une époque où le standard féminin est de gommer le trop-plein de formes, MB&F nous offre une ode à la féminité avec une pièce toute en courbes et rondeur. Regardons de plus près, on y voit plusieurs références, à commencer par le dôme en saphir qui surplombe une lunette cambrée (38,50X20mm), le cadran incurvé, les courbes des cornes, des aiguilles (heures, minutes) ou celle du rotor. Jusqu’au choix de ce dernier, en forme de soleil (la source nourricière de l’existence selon Maximilian Büsser) et le sertissage en diamants (Girl’s best friend, si l’on croit la fameuse chanson interprétée par Marilyn Monroe dans le film Les hommes préfèrent les blondes).
Une chose est sure, elle ne laisse pas indifférente : on l’aime ou on ne l’aime pas, mais on ne peut qu’admettre qu’elle est admirablement audacieuse.

MB&F Legacy Machine FlyingT

Esthétiquement très surprenante avec son affichage horaire réduit, décentré et incliné à 50°, afin que l’heure ne soit lisible que par la porteuse. Ce choix de positionnement laisse la primauté, au centre, à un tourbillon volant totalement hypnotisant (peu de marques le placent à ce niveau). A-t-on idée de placer un tourbillon aussi haut ? Et bien, cette idée audacieuse, laisse voir le mécanisme, sous toutes le coutures. 

MB&F Legacy Machine FlyingT

Techniquement, positionner un tourbillon et le disque des heures dans cette configuration ne va pas sans difficultés. En effet, une cage de tourbillon placée à ce niveau entraîne un déséquilibre. Il a donc fallu compenser le poids du haut de la cage, avec un contrepoids placé sous celle-ci, du coté opposé. Quant à la lecture de l’heure, cela a nécessité des engrenages coniques, pour transmettre le couple d’un plan à l’autre, pour en assurer la précision.
Que pouvons-nous dire de plus ? Regarder danser les différentes pièces du mouvement est un régal pour les yeux. On en arrive à se demander si la lecture de l’heure est la fonction première de cet objet…Une parfaite combinaison d’« élégance et d’énergie contagieuse », comme le dit M Büsser.


A propos de l'auteur

Ihssane KORTI