Cette année, lors du Baselworld 2018, parmi ses nouveautés Breitling a fait un pari que je trouve audacieux. Il faut être plutôt serein pour décliner son modèle chronographe phare, et qui plus est, d'aviation dans une version... 3 aiguilles.

Oui mais... me direz-vous, il existe une Navitimer non-chronographe lancée dans les années 50 sous la référence 66. Je vous répondrais que les deux modèles ne partagent pas grand-chose outre le nom. En revanche la couronne de la nouvelle Navitimer 1 est une référence claire au premier modèle de 1952.

Ce que j’apprécie dans cette Navitimer 1, c'est d'abord la synthèse esthétique qui retranscrit l'essence de la Navitimer originelle dans un boitier de 38 mm et dans une déclinaison 3 aiguilles. Bon, je l'admets, c'est aussi peut-être parce que je possède une Navitimer des années 70 et que j'y retrouve l'esprit.

Le cadran est franchement lisible et c'est une stratégie très fine de la part de Breitling d'offrir un modèle d'introduction à l'univers Navitimer. Je suis prêt à parier qu'une fois la belle au poignet les réticents finira même par se laisser tenter par une Navitimer plus conventionnelle.

Enfin, concernant le tarif, l'entrée en matière tourne autour de 4300$ pour ce modèle automatique.