La transparence semble être le credo des nouveaux horlogers indépendants et la marque Lundis Bleus ne déroge pas à la règle. C’est ce que les fondateurs, Johan Storni et Bastien Vuilliomenet s’évertuent à faire concernant leurs créations : transparence quant à l’origine et la références des mouvements utilisés mais aussi concernant les différentes collaborations avec des artisans (graveur, émailleur, fabrication de bracelet...). Ainsi on peut faire son choix en tout état de cause.

 

Ajoutez à cela la volonté de proposer des pièces d’horlogerie indépendante, à des prix accessibles, vous ne pourrez qu’ être tenté de découvrir leur créations.

Et le résultat est plutôt intéressant, il n’y a qu’a regarder de plus près la collection métiers d’Art et plus particulièrement la 1110 – GM «Fujisan» qui est une invitation au voyage. Et pour cause, elle serait le fruit d’une visite au Japon.

 

Les amateurs, ne pourrons qu’admirer l’aspect de cette pièce, dont la seule ostentation est traduite par le travail que le graveur Jean-Bernard Michel a réalisé sur le cadran en or gris, afin d’y faire apparaître un paysage japonais.

Cette jolie pièce, en acier de 40 mm est dotée de 3 aiguilles (heure, minute, seconde), fonctionnant grâce à un mouvement suisse (ETA 2892 TOP). Le bracelet ainsi que la pochette de voyage sont fabriqués à la main par Sophie Dornier, des Artisans Selliers au Locle. Ce qui est un argument de plus pour toute personne aimant l’artisanat.

 

Je ressens, cependant, une certaine frustration. Je serais curieuse de voir comment les fondateurs de Lundis Bleus (qui pour Johan Storni a l’expérience de construction de mouvement chez Renaud & Papi ainsi que de développement de mécanismes et mouvements horlogers chez Richard Mille et pour Bastien Vuilliomenet a été designer horloger chez Corum), pourraient nous surprendre avec un mouvement maison. Qui sait, nous auront peut-être un jour le loisir de voir cette création. Mais cela n’aurait certainement pas le même coût et donc pas le même prix.

 

I.Korti